Mon combat contre le diabète de type 2

Depuis que j'ai écrit Mathias, j'ai raconté des bouts de cette histoire plusieurs fois... elle a maintenant une nouvelle conclusion qui ne sera pas trop temporaire...





Janvier 2009, j'ai 29 ans, presque 30: Diagnostic de diabète de type 2. On essaie plusieurs médicaments, on s'arrête sur un combo comprenant Diamicron, Januvia et Metformin.
On en essaie d'autres dans les années suivantes, pour tenter de mieux contrôler le diabète, mais ces trois-là restent.

En juin 2013, le médecin me dit que je commence aussi à faire de l'hypertension. Je dois faire des changements dans ma vie sinon je vais devoir prendre un autre médicament pour ça. J'ai 34 ans.
Je fais plein de changements dans ma vie.





Je lis "The end of diabetes", je change mon alimentation. Je commence à courir. J'essaie le zumba, le workout, je vais travailler en vélo. Il y a des hauts, il y a des bas. Je perds du poids, j'en reprends parfois. Mes prises de sang sont belles ,parfois moins belles. On enlève un médicament, le diamicron.


En janvier 2016, suite au temps des fêtes, c'est la débandade: j'ai repris beaucoup de poids, mes prises de sang sont désastreuses. Je suis découragé. On essaie des bloqueurs rénaux, qui filtrent le sucre dans le sang. Je ne réagis pas bien à ces médicaments. Je me dis que ça fait, les pilules. On dit que ça se contrôle, le diabète, sans médicaments. Je consolide mon objectif en lisant "Comment se débarrasser du diabète de type 2 sans médicament ni chirurgie", de Normand Mousseau. J'y crois. J'écoute un paquet de documentaires sur le sucre et l'industrie agroalimentaire américaine, dont le Dr Mosley.


Je change encore mon alimentation. Grâce à mon kinésiologue, je découvre "The obesity code", le livre qui m'amène à comprendre profondément mon obésité et mon diabète



.
Mes résultats sanguins sont meilleurs. Je décide de réduire mes médicaments 1 mois avant ma prochaine prise de sang.
Mes résultats sont encore meilleurs.

L'objectif devient atteignable. Je lis "The complete guide to fasting"


Décembre 2016: L'endo me dit que si mes résultats restent les mêmes ou s'améliorent, on enlève totalement ma médication.

Février 2017: Résultats stables.


Juin 2017: Arrêt des médicaments.

Si tout va bien, ce sera pour longtemps!

C'était un long chemin. Ce n'est pas facile tous les jours. J'ai une alimentation très différente de la majorité des gens.

Mais je ne prends plus de médicament pour mon diabète.

Je vais savourer cette phrase le plus longtemps possible.

2 commentaires:

Goncourt a dit...

Bravo, Mathieu !!
Je suis moi-même aux prises avec de nombreux problèmes de santé qui nécessitent une médication que je trouve excessive. Je travaille fort pour trouver des solutions alternatives aux médicaments, mais je me rends compte que c'est une quête de tous les jours, qui demande un grand investissement personnel. Aussi, as-tu tout mon respect pour tes efforts, ta quête et ta façon d'attaquer de front un problème qui aurait bien pu avoir ta peau (je suis entouré de diabétiques de type 1 [ dont mon père, mort à 49 ans, ma grand-mère et plus de six oncles et tantes en sont décédés ] et 2, et je sais bien qu'il est plus facile de prendre quelques médicaments que de remettre en question son mode de vie...)
Lâche pas ! Tu as toute ma compassion et mon empathie ! Bien vivre avec sa petite famille n'a pas de prix !
Pierre Lavigne

M a dit...

C'est plus facile quand on connait directement l'ennemi, dans mon cas le taux d'insuline élevé et le taux de sucre incontrôlé!
Je te souhaite de trouver le problème pour pouvoir le régler.